L'URISA accompagne des scientifiques et des ingénieurs dans leur recherche d'emploi. Voici comment avec un exemple, celui de Gaëlle qui a travaillé son projet professionnel et trouvé le poste rêvé sur Bordeaux.

Peux-tu te présenter ?
Gaelle Raboyeau, 37 ans, j’ai fait un doctorat de Neuropsychologie sur la plasticité cérébrale suite à un accident vasculaire, à Toulouse. J’ai ensuite réalisé un post-doctorat à Montréal sur la plasticité cérébrale de la personne âgée.
Après ces années de recherche, j'ai voulu m'orienter vers la santé publique. J’ai travaillé à l'Agence Régionale de la Santé (c'est la représentation du ministère en région) à Amiens sur différents thématiques : définition du projet de l'ARS, mise en place d’un parcours de santé pour les personnes souffrant d'obésité, évaluations d'actions en télémédecine. J'y ai acquis la connaissance du fonctionnement du système de santé public français.
J’ai ensuite souhaité travailler dans le secteur privé. Après quelques mois de recherche d'emploi en solitaire, j’ai rejoint l’URISA afin d’avoir un accompagnement pour ce projet.
Aujourd’hui, j'ai trouvé un emploi dans un cluster TIC Santé, que j'anime (travail de mise en réseau, organisation de salon ...).

Qu’attendais-tu de l'URISA avant de venir ?
Je cherchais un emploi seule depuis 8 mois, avec des rendez vous ponctuels à l’APEC. Je souhaitais donc rompre avec cette solitude, et avoir un rythme de travail beaucoup plus régulier, avec des rendez vous hebdomadaires que l’on ne trouve pas ailleurs.
Je souhaitais également faire le point sur la méthode et les techniques de recherche que j’employais.

Que t'a apporté le GROUPE DE PROJET ?
J’ai trouvé la dynamique recherchée, et un groupe avec lequel échanger.
La méthodologie de travail m’a permise de formaliser mon projet professionnel, d’affiner mon discours, d’être plus « terrain » et plus concrète en mettant en avant des réalisations issues de mon parcours.

Un focus sur un outil en particulier ?
J’ai beaucoup apprécié la méthode des Réalisations Probantes, elle structure les idées. Après avoir identifié des expériences significatives qui vont servir à illustrer notre projet professionnel, on travaille avec méthode en binôme à les mettre en forme, avec des mots particulièrement choisis. J’ai apprécié ce travail car on se confronte à un regard extérieur (le binôme) qui ne comprend pas forcément ce qu'on explique. On doit alors revoir son vocabulaire, et faire l’effort d’aller vers l’autre, de ne pas se contenter de vouloir attirer à soi.
Il était également très intéressant d'assister à la présentation des réalisations des autres membres du groupe, car on apprend également sur nous en écoutant leurs expériences. Ça m’a fait penser à des caractéristiques que je n’aurais pas mises en avant, et j’ai pu également d'identifier des points forts sur lesquels je n'avais pas réfléchi.

Que t'a apporté l'INTERGROUPE ?
Je n’ai pu y participer qu'une fois, à cause de contraintes personnelles. Par bonheur, j’ai pu y préparer un entretien déterminant, en présentant mes motivations pour le poste et mon approche de l’entretien. Grâce aux questions des animatrices et des participants, j’ai pu me rassurer sur la légitimité que j'avais sur le poste car je savais argumenter chaque réponse. C’était mon job, et j’étais faite pour lui. Et je l’ai eu !

Que t'a apporté l’URISA ?
En complément de ce que j'ai déjà dit, un réseau de chercheurs d'emploi qui se comprennent et s’enrichissent car ils sont dans la même situation. De plus, nous sommes encadrés par des personnes légitimes, car elles sont professionnelles dans leur approche et ont un passé professionnel riche.